IOT objets connectés

Objets connectés : des pansements intelligents au service des patients

À l’ère de l’objet connecté, tout y passe. Les livres sont électroniques, les post-its sont électroniques, les horloges mécanique disparaissent au profit des horloges digitales, et la musique se digitalise plutôt que de rester sur support physique. Et ce progrès touche tous les domaines ! Cette fois-ci, penchons-nous sur le domaine médical, avec l’invention d’un pansement extraordinaire : fini, le sparadrap un peu collant qui sert à arrêter le saignement d’une estafilade ! Désormais, place au pansement connecté qui sait quand il doit être remplacé, et qui peut vous soigner activement !

Le pansement intelligent : votre médecin vous parle

Après avoir été au service de l’agriculture, le numérique se met également au service de la santé, les nouveautés fusent. Cette nouveauté, elle nous vient du Massachusetts, et plus exactement de la Tufts University. Cherchant à améliorer le suivi des blessures qui nécessitent un pansement connecté afin d’éviter les écoulements de sang, une équipe de scientifiques met actuellement au point un pansement intelligent qui pourrait être truffé de capteurs. A l’heure des objets connectés, ces derniers pourraient analyser l’état de la surface absorbante du pansement connecté afin de pouvoir déterminer si ce dernier nécessite d’être changé ou pas.

Un pansement qui soigne

Ce nouveau pansement intelligent pourrait aussi prendre en charge un soin plus actif des plaies sur lesquelles il est appliqué. Avec un composé actif présent en microcapsules sur la surface absorbante, ce pansement connecté pourrait proposer la protection de la plaie de l’extérieur, ainsi que le soin et la reconstitution grâce à un processus de suractivation des cellules souches.

Des protéines contenues dans ces micro-capsules pourraient donc être libérées par impulsion des capteurs une fois que ces derniers détecteraient le passage d’un certain seuil du corps : la température de la plaie qui chute ou qui monte, un pH qui change (ce qui signifie la possibilité d’une infection) ou encore un étirement de la plaie. Dans ce dernier cas, le pansement connecté essaierait d’éviter une réouverture de la plaie en accélérant le traitement de la plaie quand l’utilisateur traite avec peu de soin sa blessure.

Objets connectés, l’avancée scientifique en marche

Encore à l’état de prototype, cette avancée technologique surveillera activement l’état de la plaie en plus de la traiter pharmacologiquement pour améliorer ses chances de cicatrisation. Elle permettra d’ailleurs non seulement de combattre certaines blessures qui risquent l’infection, mais également les plaies cutanées chroniques. Ces dernières peuvent avoir plusieurs origines, comme des brûlures, le diabète, ou des maladies elles-mêmes chroniques qui submergent les capacités de régénération de la peau. Sans soin, ces blessures peuvent conduire à l’infection persistante, voire à l’amputation d’un membre pour éviter une propagation dangereuse pour la vie du malade. Il s’agit donc pour nous d’une avancée dans le domaine de l’informatisation de la santé, grâce notamment à l’Internet of Things.

Ces pansements connectés devraient être en mesure de détecter 3 points caractéristiques de la cicatrisation :

  • La température de la plaie, qui fournit des informations importantes sur le niveau d’inflammation de la plaie.
  • L’oxygénation de la blessure, une bonne oxygénation signifie que la plaie respire bien et qu’elle est en voie de guérison. Si en revanche elle ne s’oxygène pas bien, il peut y avoir un problème avec le sang qui ne fait pas l’apport en oxygène habituel, et des complications sont à prévoir.
  • La détection du pH de la plaie, l’un des points les plus importants. Une plaie qui s’infecte change de pH, et cette infection va empêcher la cicatrisation, il faut donc pouvoir le détecter afin de le traiter au plus vite.

Processus de la guérison

Un microprocesseur s’occupera de lire les données reçues à propos de la plaie, et décidera de la libération du médicament contenu dans le sparadrap pour le patient. Au sujet du pansement connecté, ce dernier sera un ruban médical transparent de moins de 3 millimètres d’épaisseur dont les coûts de production ont été diminués au maximum pour rendre le plus accessible ces pansements intelligents.

Pansement connecté : plus qu’un progrès, une aide nécessaire

Pour les professionnels de la santé, cet objet connecté est une vraie aubaine pour le traitement des plaies. Le progrès technologique qu’est l’électronique flexible a permis l’émergence de cette merveille que Sameer Sonkusale, professeur d’ingénierie électrique et informatique de la Tufts University, rend responsable de nombreuses avancées technologiques dans le domaine de la santé : « L’électronique flexible a rendu possible la conception de nombreux dispositifs médicaux portables, les pansements l’ont encore peu exploité. Nous appliquons donc la technologie moderne à un vieil art médical dans l’espoir d’améliorer les résultats de plaies parfois insolubles ».

Ce pansement connecté devrait de plus pouvoir être combiné à tous les types de sparadraps existants déjà à l’heure actuelle, par exemple les pansements qui au lieu d’absorber tout ce qui peut sortir d’une blessure, sont conçus de manière à garder une certaine humidité autour de la plaie dans le but de la laisser respirer et de favoriser sa cicatrisation. Il n’y a plus qu’à espérer que le prototype soit validé et que la production à grande échelle atteigne rapidement notre continent. D’ici là, nous pouvons aussi attendre le pansement connecté en développement près de Dijon.

Objets connectés : des pansements intelligents au service des patients
5 (100%) 4 votes

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *