34 jeux MS-DOS à jouer gratuitement depuis votre navigateur

Web Archive est un site internet avec énormément de ressources puisque depuis des années il permet d’accéder à des contenus qui ont été présent sur la toile et ce de manière chronologique. Grâce à son association avec l’émulateur DOS Box et grâce aux dernières versions de navigateurs, un nouveau projet a vu le jour.

Aujourd’hui nous allons vous proposer ni plus ni moins que la possibilité d’exécuter l’uns des 2400 jeux disponibles dans le catalogue de votre navigateur internet. C’est avec beaucoup de nostalgie que nous avons tenté de sélectionner les jeux les plus remarquables de l’ère MS-DOS dont vous pouvez profiter directement et gratuitement depuis votre navigateur en cliquant ici.

Avant l’époque des smartphones, des consoles dernières générations et d’internet, le jeux-vidéo était fait de pixels et de francs dépensés dans les bornes d’arcade. La nostalgie et le bonheur de rejouer aux jeux ici listés est intacte.  Quels sont vos meilleurs souvenirs de jeux vidéos ?

La MS-DOS revit à travers WebArchive

Gauntlet (Atari, 1988)


Ce jeu coopératif a connu un énorme succès dans les salles d’arcade
dans les années 80 et est sorti sur tout un ensemble de plates-formes. Et l’une d’entre elles était le PC, où nous pouvions aussi profiter de cette recréation du monde des « Donjons et Dragons » et choisir l’un des quatre personnages – chacun avec ses avantages et ses inconvénients – pour essayer d’aller le plus loin possible dans un style purement RPG.

 

Arkanoid II – Revenge of Doh (Taito, 1989)

La première version de Arkanoid n’est actuellement pas disponible sur DOS Box, mais cette suite renforce le concept original légendaire d’un jeu dans lequel, comme dans de nombreux concepts de l’époque, les graphismes étaient presque secondaires. Le niveau d’addiction offert par ce casse brique,simple mais efficace, était stupéfiant; et comme dans les autres titres choisis dans cette liste, Arkanoid avait des versions pour pratiquement toutes les plates-formes qui existaient au moment de sa sortie.

 

SimCity (Maxis, 1989)

Un classique qui a connu une triste fin récemment avec la fermeture du studio par EA, mais qui a été un tournant importante dans l’histoire du jeux-vidéo. La création de Will Wright  est absolument brillante et prend de nouveau forme dans nos navigateurs avec un style très typique des années 80.

 

Scorched Earth (Wendell Hicken, 1991)

Pour l’époque, Scorched Earth était un prodige de cette magie dans laquelle la simplicité ne vous empêchait pas de vouloir jouer encore et encore et encore. Le calcul des trajectoires à la base de cette bataille unique de chars d’assaut n’était pas nouveau, mais c’était celui qui popularisait un genre qui allait devenir la pierre angulaire de nombreux autres succès ultérieurs comme Worms.

 

Golden Axe (SEGA, 1990)


Il y a des classiques et il y a des classiques parmi les classiques. Vous suivez ? Golden Axe est l’un d’entre eux, et après avoir dépenser tout votre argent de poche le dimanche dans les bornes d’arcade, il est sorti sur toutes les plateformes de l’époque. Cette pépite vidéo-ludique nous permet d’incarnerl’un des trois personnages  – y compris une guerrière – et nous a forcé à affronter tous les ennemis qui nous ont précédés. Un style très hack’n slash.

 

Prince of Persia (Broderbund, 1990)

Prince of Persia se distinguait vraiment à l’époque par son gameplay, ses graphismes et sa musique. Dans Prince of Persia, la physique et l’animation du personnage semblaient plus réelles que jamais – son poids et son inertie étaient la clé du mouvement et du dépassement des obstacles – et cela donnait une valeur ajoutée à un jeu qui finissait par inspirer des suites à la fois dans les jeux vidéo et dans les adaptations – pas très heureuses – au cinéma.

 

Wolfenstein 3D (id Software, 1992)

Ce n’était pas le premier jeu du studio id Software, mais c’était la première graine de ce qui allait devenir une révolution dans l’industrie du jeu vidéo : les First-Person-Shooters (FPS). Ce type de jeux-vidéos doit beaucoup à ce véritable mythe de l’industrie du jeu vidéo qui, cependant, à l’époque ne permettait pas encore de faire beaucoup de choses et était très limitant comme le défilement latéral. Mais ça lui donne encore plus de charme, non ?

 

Lemmings 3 – All New World of Lemmings (Psygnosis, 1994)

Comme pour Arkanoid, le jeu vidéo original et sa deuxième partie ne sont pas disponibles dans le catalogue, mais ce troisième volet a confirmé le succès mondial qu’ont connu ses prédécesseurs et a maintenu ce concept amusant des tribus pour diviser les lemmings et de les sacrifier. Sur les douze types de Lemmings disponibles dans le deuxième volet, ils ont été diminués avec trois parce que chacun d’entre eux avait 30 niveaux avec des ennemis différents et des moyens supplémentaires de rendre les niveaux  plus polyvalents.

 

Street Fighter II (Capcom, 1992)


C’est l’un des rares titres encore en « activité » aujourd’hui
(bien qu’il s’agisse de la suite de Street Fighter II Turbo, sorti en 1994), ce qui démontre le degré de perfection que ce jeu de combat a atteint en son temps. Même sans cette perspective 3D accrocheuse des jeux de combat ultérieurs ou un catalogue de personnages et de mouvements plus limités. Ken, Ryu, Dalsim ou encore Blanka sont devenus chacun une petite légende en soi. Jeu essentiel dans cette liste, bien sûr.

 

 

Dune 2 – The Building of a Dinasty (Westwood Studios, 1992)

Les romans de Frank Herbert ont inspiré les films et, bien sûr, les jeux vidéo. Dans ce catalogue nous avons le deuxième volet de Dune, un jeu vidéo de stratégie avec un gameplay simple mais très efficace – Westwood Studios l’a fait très bien mais très addictif qui a été renforcé dans le deuxième volet et dans lequel nous avons pu à nouveau choisir entre les différentes maisons (Atreides, Harkonnen et Ordos) pour concourir pour la conquête de la planète Arrakis et, bien sûr, pour le contrôle des épices. Mais attention aux vers.

 

Aladdin (Virgin, 1994)

Le jeu de Virgin, basé sur le film d’animation Disney de 1992, est une véritable ode aux jeux de plateformes où l’adaptation des personnages de Disney a été un succès total. Le jeu était aussi amusant pour les petits que pour ceux d’entre nous qui étaient un peu plus âgés, et bien que le contrôle des touches soit un petit défi – bénis soient les consoles de générations actuelles- c’est un jeu amusant et charmant.

 

Doom II: Hell on Earth (id Software, 1994)

Bien qu’au niveau technique il n’y ait pas eu de changements majeurs par rapport au gameplay du premier épisode, l’évolution technologique a été mise à profit pour offrir un moteur de jeu avec plus de niveaux, beaucoup plus complexes et plus grands. Cet opus a permit à la licence de rentrer dans la postérité. Plus de Doom que jamais.

 

Indiana Jones and the Last Crusade (LucasArts, 1989)

En leur temps, les jeux Lucasfilm ont marqué un tournant dans les jeux d’aventure, et l’un de leurs plus grands succès a été l’adaptation du troisième volet des aventures d’Indiana Jones. Comme dans les autres épisodes des jeux de ce studio de production, sa fidélité à l’histoire était accompagnée d’un humour très spécial et de ces puzzles drôles qui rendaient presque impossible de ne pas rester collé à l’écran. Si vous le souhaitez, vous pouvez également profiter d’un autre grand classique de Lucasfilm dans ce genre, Maniac Maniac Mansion.

 

Master of Orion (Microprose, 1993)

Ce jeu vidéo, qui a eu par la suite deux épisodes supplémentaires, était l’un des piliers des jeux basés sur la mécanique tour par tour. Comme pour Civilization – non disponible dans le catalogue – les joueurs doivent construire un empire par l’exploration, la recherche, la colonisation et, bien sûr, la guerre. Suffisamment d’ingrédients pour divertir les plus geek d’entre vous.

 

Eye of the Beholder (Westwood Associates, 1991)

Parmi les nombreux jeux présent dans le catalogue de MS-DOS, et il y’en a énormément dédiés au genre des RPG mais parmi ceux présent sur navigateur, l’un d’eux est Eye of the Beholder. Développé comme une version vidéo ludique des célèbres jeux de plateau de Donjons et Dragons il est devenu l’une des références et comme dans d’autres cas, ses nombreux succès ont été exploités par d’autres titres similaires mais beaucoup plus modernes.

 

Bust-A-Move (Taito, 1997)

Autre gros succès sur arcade à la fin des 90’s, ce titre était également connu sous le nom de Bubble Puzzle Bobble. Taito a une fois de plus démontré qu’un concept simple et des graphiques 2D peuvent être des compagnons parfaits pour un jeu amusant et très addictif. Un autre  classique des puzzles en temps réel dans lesquels les bulles colorées étaient nos alliés…….. ou notre cauchemar, à choisir.

 

The Oregon Trail (Broderbund, 1974)

Ce jeu, développé au début des années 1970, s’est vendu à 65 millions d’exemplaires et est devenu une légende depuis sa sortie. Il a donné lieu à neuf autres sorties et a été l’un des jeux « flagship » sur les ordinateurs comme l’Apple II. Son objectif premier était éducatif et visait à expliquer aux enfants les réalités de la vie dans l’Ouest américain au milieu du XIXe siècle. Pour beaucoup, c’est un autre must dans l’histoire des jeux MSDOS.

 

Ultima VI: The False Prophet (Origin Systems, 1990)

Ce jeu de RPG coloré a permis aux joueurs de PC d’explorer un immense monde virtuel appelé Britannia, et en plus du réalisme de certaines sections, il y avait une caractéristique unique : les joueurs pouvaient ramasser, utiliser ou déplacer virtuellement n’importe quel objet visible qui existait dans les scripts d’Ultima VI. C’était le premier jeu dans ce genre qui a été développé spécifiquement pour MS-DOS et a tiré profit de la puissance des graphiques de l’époque.

 

Karateka (Broderbund, 1986)

Autre jeux vidéo de combat à avoir eu un grand nombre de versions multi plates-formes de l’époque : Karateka. Cette version MS DOS permettait d’affronter des combats dans lesquels les ennemis apparaissent au fur et à mesure étaient de plus en plus difficiles. Il n’y avait pas beaucoup de variété dans les mouvements, mais à l’époque, c‘était l’un des jeux de combat les plus vendus et les plus populaires sur le marché. Une réédition pour Xbox est apparue, mais elle est apparue dans un quasi total anonymat.

 

Stunts (Broderbund, 1990)

Ce jeu, également connu sous le nom de 4D Sports Driving, a été l’un des pionniers dans le monde des jeux vidéo de simulation automobile et fait quasi-unique pour l’époque, le jeu avait également un éditeur de piste de course. Le jeu était aussi particulièrement amusant en raison de la présence de boucles et de sauts, et ses créateurs ont même permis que la course soit jouée après qu’elle soit terminée. Vous pouvez trouver les codes qui sont demandés au début de chaque jeu pour déverrouiller la sécurité.

 

Where in the World is Carmen Sandiego (Broderbund, 1989)

Après Stunts, un autre succès de Broderbund  fut la franchise de Carmen Sandiego, dont le premier épisode est présent dans cette selection. Ce jeu était destiné à être utilisé de manière éducative, puisque le jeu a été conçu  dans le but d’enseigner la géographie et l’histoire – et plus tard aussi les mathématiques et l’anglais. Carmen Sandiego fait partie des femmes historiques des jeux vidéo.

 

Gunship 2000 (Microprose, 1993)

Vers la fin des années 80, les simulateurs de vol sont devenus l’un des segments les plus populaires du jeux vidéo, Gunship 2000 qui permettait de maîtriser des hélicoptères et l’a fait avec ambition. Il suffit de jeter un coup d’oeil à son manuel de 170 pages, qui décrit avec précision les différentes options d’un jeu qui nous met aux commandes de différents modèles d’hélicoptères de combat. Un autre exemple mythique d’un simulateur de vol du jeux video est, bien sûr, le Chuck Yeagers AFT.

 

The Fidelity Chessmaster 2100 (Software Toolbox, 1989)

A sa sortie, il restait encore quelques années pour Deep Blue (le superordinateur spécialisé dans le jeu d’échecs) pour mettre Garry Kasparov en échec. Dès leur sortie, les jeux d’échecs ont vite été considérés comme de précieux outils d’entraînement pour les amateurs et les professionnels du sport. La franchise Chessmaster a vendu le plus grand nombre de jeux vidéo de ce genre, et ce titre de 1989 montrait déjà une puissance singulière.

 

Heimdall (The 8th Day, 1992)

Ce jeu d’action est devenu très populaire et avait en fait une deuxième version. Dans cette aventure, incarnez le rôle de Heimdall, un demi-dieu de la mythologie norvégienne qui devait protéger l’entrée d’Asgard, la maison des dieux. Le jeu d’action-aventure présentait une perspective isométrique dans laquelle notre héros devait rassembler des objets pour accomplir la mission principale alors qu’il parcourait les différentes îles du jeu. Les graphiques de la version MS-DOS sont très similaires à ceux des éditions Amiga et Atari ST.

 

Elite (Firebird, 1987)

6163


L’un des jeux légendaires des années 80 concernant la science-fiction et le concept d’un monde ouvert de manière ambitieuse, ainsi que l’utilisation de graphiques 3D révolutionnaires pour l’époque.
Ce jeu d’exploration spaciale a pour socle le commerce intersidérale et le développement des relations avec des civilisations lointaines. L’influence d’Elite s’est fait sentir dans son sillage (Frontier : Elite II et Frontier : First Encounters) et aussi dans des titres ultérieurs tels que Wing Commander et même No Man’s Sky ou Star Citizen.

 

Tetris (Spectrum Holobyte, 1986)

Tetris


Certains peuvent discuter sur Tetris et de son impact dans l’histoire du jeu vidéo
, mais il est impossible de ne pas le mentionner dans pratiquement n’importe quelle liste de jeux mythiques dans le monde du jeu vidéo. Dans cette version du jeu d’arcade développé par Spectrum Holobyte en 1986 et bien que les graphismes soient vraiment médiocres – très MS-DOS, je dirais – la magie est toujours là.

 

Double Dragon (Technos, 1988)

Un autre des titres omniprésent dans les consoles 16-bit de l’époque, Double Dragon est également sorti sur MS-DOS dans un portage qui graphiquement bien sûr ne se distingue pas mais au moins a conservé le reste des composants de cette arcade de combat dans laquelle notre but était d’abattre tous les ennemis avec ces poings et grâce ç des coups de pieds retournés. La possibilité de jouer simultanément avec un autre joueur était l’un des gros atouts d’un jeu qui est vite devenu une  référence.

 

Command & Conquer (Westwood Studios, 1995)

Ce jeu de stratégie classique en temps réel contient tous les ingrédients qui ont fait exploser ce genre au milieu des années 90. Comme dans beaucoup d’autres comme Warcraft, l’idée est de construire une base, d’acquérir des ressources et de financer ainsi la production de toutes sortes de forces et d’unités pour attaquer et conquérir les bases ennemies. Un genre de jeu qui fait fureur de nos jours comme Compagny of Heroes, Starcraft etc.

 

Rogue (Artificial Intelligence Design 1983)

rogue ms dos

Basique au plus haut point, mais tout aussi intéressant de par sa simplicité, Rogue fut vite devenu un titre en puissance dont les joueurs en gardent un très bon souvenir. Sorti en 1983 et bien que nous devrons faire preuve d’imagination, le protagoniste devra explorer un dangereux donjon maudit (comme par hasar) pour obtenir la précieuse amulette de Yendor. Le jeu utilise des personnages ASCII pour représenter des lieux, des objets, des monstres. Laissez-vous surprendre par des monstres comme le Leprechaun, qui est représenté par un L, par exemple. On vous avait prévenu, très basique.

 

Lode Runner (Broderbund Software, 1983)

Un autre jeu à être sorti la même année que Rogue, les graphismes ne permettaient pas être trop  exigent, et la chose la plus importante était le gameplay. Dans Lode Runner, nous avons trouvé une approche plus ambitieuse visuellement par rapport à un jeu de plateforme. Tout comme Stunt, et c’est assez rare à souligner pour l’époque : un éditeur de niveaux permettait aux joueurs de créer des niveaux sans connaissances en programmation.

 

The Castle of Dr. Brain (Sierra On-Line, 1991)

Ce jeu produit en 1991 par le légendaire studio Sierra (créateur entre autre du mythique Half-Life) est le premier d’une série de deux jeux de puzzle éducatifs. Nous allons donc résoudre des puzzles à travers les mathématiques et la logique, mais ce sont aussi des connaissances utiles pour résoudre des cryptogrammes ou des puzzles astronomiques. La deuxième partie du jeu est’The Island of Dr. Brain’, également disponible sur  Webarchive.

 

SimAnt (Maxis Software, 1991)

Fort du succès de SimCity, Maxis Software a conduit à la création d’autres simulateurs avec des univers et mécaniques très différentes. Et curieusement celui-ci avec les fourmis comme protagonistes a été un succès retentissant. Nous contrôlerons une colonie entière pour conquérir le reste des colonies sur le sol, et parmi les menaces, il y aura à la fois des araignées et des humains. Il y a même un mode tutoriel pour nous enseigner les bases d’un jeu qui est entré presque dans le Panthéon du jeux-vidéo. Comme quoi sur un malentendu.

 

Bubble Bobble (Taito, 1988)

L’une des jeux d’arcades les plus populaires de tous les temps, dans Bubble Bobble nous rencontrons deux protagonistes, Bub et Bob, qui entrent dans une grotte où ils deviennent des dinosaures. Pour revenir à leur forme humaine, ils doivent finir le jeu, qui consiste en une série de niveaux dans lesquels nous devons cueillir différents fruits et éviter les ennemis qui apparaissent et que nous pouvons transformer en fruits en libérant par la bouche, des bulles. Parce que c’est ce que les dinosaures ont toujours laissé sortir de leur bouche. Ce jeu est l’uns de mes tout premiers souvenir vidéo ludique, j’y jouais avec mon père sur Atari.

Retrouvez l’ensemble du catalogue de jeux DOS Box sur le site de Web Archive en suivant ce lien.

34 jeux MS-DOS à jouer gratuitement depuis votre navigateur
5 (100%) 3 votes

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *